Le Fictionaute

Le Fictionaute

Chroniques littéraires, science-fiction et mauvais genres.

Christian Léourier "Lanmeur"

Publié par Victor Montag sur 11 Octobre 2011, 15:25pm

Ad Astra

2011 



Contacteurs

lanmeur.jpg 

 

De la planète Lanmeur viennent les Contacteurs. Entraînés à la survie et dévoués à l’idéal du Rassemblement, ils débarquent sur les planètes où vivent des humains pour œuvrer au "regroupement de toutes les civilisations au sein de la même humanité". Une fois sur place, l’idéal se confronte à la réalité : les étranges peuples qu’ils découvrent font vaciller leurs certitudes et remettre leur mission en question. Ainsi démarre le Cycle de Lanmeur de Christian Léourier, philosophe de formation, que les jeunes éditions Ad Astra nous font le bonheur de rééditer dans une élégante intégrale.

Écrit dans les années 80-90, cet ensemble romanesque qui hibernait chez les bouquinistes est un trésor de la SF francophone. Dans le premier volume de l’intégrale, outre une bibliographie et une entrevue avec l’auteur, on trouvera les trois premiers titres du cycle : "Ti-Harnog", "L’homme qui tua l’hiver" et "Mille fois mille fleuves". Trois histoires de conquête, d’amour et de mort, sur trois mondes peuplés d’imprévisibles autochtones. Ces trois petits romans, dont la taille de novella s’explique aussi par des contraintes éditoriales de l’époque, avec leurs ellipses et leurs courtes scènes ramenées à l’essentiel, ne dévoilent qu’à demi leur sujet profond et exigent du lecteur une participation active. C’est la méthode du philosophe, la maïeutique du conteur, qui nous révèle progressivement les enjeux de l’altérité, du "comme toi, très différent". Les Contacteurs provoquent la rencontre avec l’Autre, se découvrent eux-mêmes, et la rencontre change irrémédiablement les deux acteurs. Dela rencontre naît aussi une inquiétude : de quelle réalité sommes-nous les différents aspects, semblables et différents ? Cette réalité existe-t-elle seulement ? Le lecteur est convié à la rencontre, comme au questionnement, ainsi qu’à une impatience, plus concrète : celle qui naîtra de l’attente du second volume de cette intégrale !

 

Article paru le 06 novembre 2011 dans le Républicain Lorrain

Commenter cet article

Archives

Articles récents