Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Fictionaute

Le Fictionaute

Chroniques littéraires, science-fiction et mauvais genres.

Feuilleton de prospective : Metz 2062 Ep.1

Publié par Victor Montag sur 1 Août 2012, 14:38pm

Episode 1 

Une ville plus dense et plus verte

Article d'Anthony Villeneuve

avec Yannick Monget (photo) 

 

paru dans le Républicain Lorrain le 31 juillet 2012

Reproduit avec l'aimable autorisation du journaliste

monget-copie-1 

 

Nous avons invité le prospectiviste messin Yannick Monget à imaginer la vie à Metz dans 50 ans, en 2062. Aujourd’hui, il parle de l’urbanisme.

A quoi ressemblera l’urbanisme de Metz dans 50 ans ? C’est la question que nous avons posée au Messin Yannick Monget (*), auteur de plusieurs ouvrages de prospective. Toute cette semaine, il sera notre grand témoin pour nous parler de la vie en 2062.

En matière d’urbanisme, Yannick Monget annonce de grands bouleversements : « Nous serons confrontés à un problème de plus en plus aigu : l’augmentation importante de la population, indique-t-il. Or, la Terre n’est pas un espace extensible. Et, autour des villes, il nous faudra absolument préserver les terres agricoles pour nourrir la population et les espaces naturels pour que nos villes restent vivables. Résultat de cette équation : il faudra densifier nos villes. » En résumé : mettre plus de monde dans le même espace. Et Metz n’échappera pas à ce principe.

« Tout le défi des années à venir sera de ne pas reproduire les erreurs du passé en matière de densification, estime Yannick Monget. Les grands ensembles des années 70 ont été un échec. Je suis convaincu qu’ils auront été rasés en 2062. Je pense qu’on ira vers des quartiers qui rassemblent toutes les fonctions urbaines. Ce sera à la fois des lieux de vie, mais aussi d’activité économique. »

Des tours géantes ?

En janvier dernier, Metz-Métropole avait invité Yannick Monget à réaliser la carte de vœux de l’institution, sur le thème Metz demain. À côté de la cathédrale et du Centre Pompidou-Metz, le prospectiviste avait dessiné d’immenses tours. C’est ça la densification de demain ? « Possible, indique-t-il. Mais, avant d’en arriver là, nous devrons trouver des technologies pour construire des tours beaucoup moins énergivores qu’aujourd’hui. C’est possible. »

Yannick Monget prévoit aussi une évolution importante dans nos techniques de construction : « De nouveaux matériaux vont émerger ou redevenir à la mode. On utilisera davantage le bois, le chanvre, à la place du béton. Les maisons passives ne seront plus l’exception, mais la norme. L’augmentation importante du prix de l’énergie sera passée par là… »

Cette ville de demain, Yannick Monget ne l’imagine pas sans esthétisme. « Je crois que les exigences en la matière ne faibliront pas, affirme-t-il. Le patrimoine sera encore mieux mis en valeur. » Le végétal également. « En 2062, j’espère que tout le monde aura pris conscience que le végétal n’a pas qu’une simple fonction esthétique dans une ville, martèle Yannick Monget. Il contribue à la fixation de certaines particules et donc à l’assainissement de l’air urbain, à l’isolation, au traitement des eaux… À Metz, j’espère qu’on verra de plus en plus de végétaux sur les toits, sur les façades, sur les sols et sur les places. »

 

(*) Yannick Monget est l’auteur de Terres d’Avenir, aux éditions de La Martinière

 

Anthony VILLENEUVE

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents