Le Fictionaute

Le Fictionaute

Chroniques littéraires, science-fiction et mauvais genres.

Christopher Priest - "Le monde inverti"

Publié par Victor Montag sur 17 Janvier 2016, 15:51pm

Couverture de Chris Moore 2010
Couverture de Chris Moore 2010

"Il avait atteint l'âge de mille kilomètres."

Helward Mann, né dans la Cité Terre, commence son apprentissage. Enfermé dans la crèche depuis son plus jeune âge, il n 'a aucune idée précise de ce qu'est le monde extérieur. En travaillant pour chacune des cinq Guildes, le jeune apprenti découvre qu'il vit dans une ville nomade, portée sur des rails qui sont démontés derrière pour être remontés devant. La ville suit vers le nord un point nommé l'Optimum, qui semble se déplacer.

Le secret des Guildes veut que chaque apprenti découvre la vérité par lui même : le lecteur du Monde Inverti va ainsi suivre Helward dans son initiation et découvrir avec lui un étrange univers hyperboloïde, aux limites de l'imagination. La cité Terre, toute entière dévolue à sa survie, semble prisonnière d'une fuite en avant infernale et toute son activité est réglée sur son déplacement. Toujours en compagnie du lecteur, le jeune Helward, devenu Topographe du Futur, va explorer son monde jusqu'à ses plus profondes contradictions et ils ne sont pas au bout de leurs surprises !

Avec Le Monde Inverti, Christopher Priest signe en 1974 son troisième roman, et entre dans la légende. Plus qu'un classique, ce court roman trentenaire est un véritable condensé de tout ce qu'un écrit dit de science-fiction peut contenir en réalité d'universel et d'intemporel. De multiples approches de ce texte sont possibles, et pourraient mettre en valeur de diverses thèmes imbriqués dans le récit : critique sociale de l'époque, réflexion sur la perception humaine, le rapport à l'univers et les limites de communication entre deux systèmes perceptifs différents, démontage des mécanismes de l'autorité dans les hiérarchies, étude des ravages et avantages de la religion, etc…

Mais avant tout, la lecture du Monde Inverti sans en connaître l'intrigue est une expérience extraordinaire. Jouant sur la découverte synchrone de l'univers par le lecteur et le héros, l'auteur nous emprisonne dans une véritable opération de déstabilisation qui démarre bien avant que l'on se rende compte de quoi que ce soit. Lorsque la vérité arrive, que le livre se referme ... tout recommence, et une incroyable relecture mentale s'opère, facilitée par la clarté du style et les ingénieuses fondations du texte.

Je ne sais pas si cette relecture s'arrête un jour. Mais il faut relire. Chaque lecture est une avancée vers la compréhension Optimale, vers le nord. On pourrait relire ensemble. On fonderait cinq Guildes, une pour chaque partie du Livre. Oui, je vais réfléchir à ça. Je vais écrire tout ça et j'appellerai mon texte la Directive Montag. Il faut relire. Surtout, ne pas s'arrêter.

Christopher Priest - "Le monde inverti" - Calmann Levy, 1975

Article paru sur le site Territoires Alternatifs en 2003

Lire aussi

Christopher Priest "L'Adjacent"
Christopher Priest "La machine à explorer l'espace"

Archives "Le Fictionaute" et "Territoires Alternatifs"

Commenter cet article

Archives

Articles récents